Contrer les mentalités individualistes

Isabelle Godbout

« Le peuple italien est peu disposé à croire que l’union puisse faire la force. La mentalité italienne est très individualiste », explique Massimo Mancinelli, président de la Coopérative Radio Taxi Samarcanda. C’est ce qui expliquerait les difficultés de la coopérative à accroître l’adhésion de ses membres.

« Notre volonté essentielle est celle de l’adhésion à un organisme dont l’objectif principal est l’amélioration des services de taxi à Rome », raconte monsieur Mancinelli. « Plus de professionnalisme se traduit aussi par l’adhésion à une volonté d’entraide interne entre les membres », ajoute-t-il.

C’est la raison pour laquelle les 11 membres fondateurs ont choisi de mettre sur pied la Coopérative Radio Taxi Samarcanda, en 1992. Ils désiraient rehausser l’image de la profession souvent mal considérée en Italie. La coopérative, qui dessert la ville et la province de Rome, compte 350 membres et 60 employés, dont 16 salariés et des bénévoles fortement impliqués. Elle a également conclu des ententes avec 15 entreprises de taxi italiennes, ce qui permet à leurs clients de bénéficier de services adéquats dans de nombreuses autres villes.

« L’adhésion à notre coopérative est volontaire et engage le membre à adhérer à un statut dans lequel les principaux devoirs et droits du membre sont définis. Les membres qui se joignent à nous choisissent d’améliorer les services qu’ils offrent à leur clientèle. Et cela, nous le faisons tous ensemble en organisant au mieux le travail. »

– Massimo Mancinelli, président, Coopérative Radio Taxi Samarcanda

La coopérative, qui vise une clientèle professionnelle, offre des services variés, dont des services de voiturage standard et haut de gamme, l’acceptation du paiement par carte de crédit, qui ne constitue pas une pratique courante en Italie, des ristournes pour les clients privilèges, la possibilité de réserver une voiture. Ils offrent même des services Web-taxi et SMS-taxi qui permettent aux clients de commander ou de réserver un taxi à partir de leur portable ou de leur téléphone.

Ainsi, monsieur Mancinelli croit que le succès de son entreprise provient de la formule choisie et de son projet de modernisation des services, de l’épanouissement personnel de chaque membre, du développement de la socialisation entre chauffeurs de taxi et de leur attachement à l’égard de la Société. « Pour nous, la motivation de l’individu est, depuis le début, la ressource qui nous distingue des autres entreprises concurrentes. Pour impliquer le nouveau membre dans ce projet, il est indispensable de partager l’esprit de la coopérative au moment de son intégration. »

Monsieur Mancinelli mentionne également que la majorité de ses chauffeurs de taxi membres sont des personnes qui ont choisi d’entreprendre une deuxième carrière, ce qui constitue un atout important pour l’entreprise. « Le métier de chauffeur de taxi représente, pour beaucoup de personnes, la possibilité de se recycler au terme d’une autre activité professionnelle. Cela enrichit considérablement notre coopérative d’expériences et de connaissances diverses », permettant ainsi le développement de projets, le dynamisme des activités internes et encourage la créativité de tous.

Même si tout chauffeur de taxi peut adhérer à la coopérative, Samarcanda exige toutefois que ses membres soient convaincus de la nécessité de prôner la mutualisation et l’entraide. Toutefois, en raison de la mentalité italienne, les chauffeurs de taxi ont beaucoup de méfiance à l’égard de leurs collègues, « ce qui représente un frein à la création de solutions communes. C’est la raison principale pour laquelle la coopérative Samarcanda a de grosses difficultés à accroître son membership », déplore monsieur Mancinelli.

Lorsqu’on demande à monsieur Mancinelli quels sont ses projets pour l’avenir, il a plein d’idées en tête, comme intégrer les tablettes électroniques dans les taxis, rendre disponible une carte de paiement, mettre sur pied un programme fidélité pour les clients, élargir la clientèle en concluant de nouvelles ententes avec d’autres entreprises de taxi italiennes, etc. Il est toutefois conscient que pour réaliser ces projets, les Italiens devront « développer une nouvelle mentalité dirigée vers l’innovation et la confiance en l’avenir ».
www.samarcanda.it

Laisser un commentaire