L’auberge de jeunesse… au cœur de la Petite-Nation

François Léveillé

C’est au mois de mai 2009 que sont donnés les premiers coups de marteau qui feront naître la nouvelle Auberge de jeunesse de la Petite-Nation. C’est que le bâtiment du 35, rue Principale, à Saint-André-Avellin, avait besoin d’être retapé un peu. Au cœur du village depuis 1896, l’édifice historique a plusieurs fois changé de vocation : bars, salle de spectacles, hôtels et restaurants s’y sont succédés. Mais l’endroit a toujours été un lieu rassembleur pour la communauté, et les nouveaux occupants comptent bien poursuivre la tradition!

Genèse du projet
Fraîchement débarqués de Montréal en 2006, Dominic Rozon et une amie rêvaient d’un plateau de réinsertion sociale, où de jeunes adultes ayant eu un parcours difficile pourraient faire un stage de quelques mois afin de repartir du bon pied. De fil en aiguille, ils décident d’investir le secteur de l’hébergement touristique, l’auberge de jeunesse, puis de faire de l’endroit un lieu rassembleur, où les jeunes et moins jeunes du coin pourront se réunir.Ils pensent donc à ajouter un café-bar au concept.

La formule de la coopérative de solidarité allait de soi pour le projet, que l’on voulait dès le début inclusif et enraciné dans la communauté, comme nous l’explique monsieur Rozon dans le documentaire La Switch, tourné à l’été 2010 : « Nous, on est les artisans, pendant un moment on travaille sur le projet, on donne ce qu’on peut, et le jour où on va partir, ça continue. C’est une coop qui appartient à la région. »

Une coopérative de la région, et ce n’est pas une figure de style… Les gens de l’auberge estiment à environ 600 le nombre de contributeurs au projet! Des gens, des organismes de développement économique, de la municipalité, bien sûr, mais aussi des centaines de bénévoles qui gravitent autour de la coopérative.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est auberge-2.png.Cet engagement de la communauté a été bien senti pendant la période de reconstruction, où tout un chacun venait donner un coup de main en fonction de ses capacités, ce qui aura notamment permis de restaurer la quinzaine de chambres qui peuvent accueillir jusqu’à 50 personnes. Encore aujourd’hui, alors que l’auberge et le café vont terminer leur première année d’opération, environ 200 membres de soutien appuient la coopérative. Les membres de soutien sont établis à 60 % dans la Petite- Nation, dont un tiers directement à Saint-André-Avellin, mais aussi à Gatineau et Montréal, et même quelques-uns à l’international! Notons qu’il est toujours possible de devenir membre de soutien moyennant l’achat d’une part de 20 $. En plus, la coopérative compte pour l’instant six membres travailleurs.

Une première année
Après presque un an d’opération, les échos sont très positifs. À preuve, la coopérative vient d’être mise en nomination par la Chambre de commerce de la Petite-Nation dans les catégories Nouvelle entreprise de l’année et Entreprise de l’année! Maintenant directeur, monsieur Rozon nous explique que « le fait de jumeler l’auberge au café fait le succès de la formule, les deux se complètent vraiment bien ». Effectivement, quelques visites au P’tit Café de l’Auberge suffisent pour réaliser que l’endroit est vite devenu une plaque tournante de la vie culturelle locale, et même régionale.

C’est dans cette salle intime pouvant accueillir jusqu’à 80 personnes que se réunissent les gens du coin venus assister aux spectacles des nombreux artistes qui y défilent, ou simplement venus déguster une bière ou un café bioéquitable spécialement torréfié par la Tierra Coop! Au fil des mois et des associations avec des festivals comme Musiqu’en Nous, les murs du P’tit Café ont notamment vibré au rythme des chansons de Catherine Major, Radio Radio et Alex Nevsky, mais aussi de plusieurs artistes moins connus du coin. Ajoutons à cela des soirées de contes, des ligues d’improvisation et des cinécabarets, nous nous retrouvons avec une programmation diversifiée, qui saura plaire à tous les goûts.

Tournée vers l’avenir
Après une première année de rodage et d’expériences concluantes, la coopérative semble vraiment trouver sa place à Saint-André-Avellin et dans l’Outaouais en général. Questionné sur la principale réussite du projet à cette date, Dominic Rozon revient à la charge : « Ce qui est trippant, c’est que la communauté s’approprie vraiment le projet… Nous, on est ouverts à pas mal tout, alors les gens viennent ici, se proposent pour venir jouer, et on embarque! »

Une première année qui s’est révélée très satisfaisante, mais il reste encore beaucoup de rêves à réaliser et de travail à accomplir! Notamment en ce qui concerne la réfection du grenier, dans lequel on projette d’ouvrir un loft au cours de l’hiver 2011. L’objectif de l’ouverture d’un plateau de réinsertion sociale est aussi encore dans les plans, dans l’année à venir. Bref, encore beaucoup de projets sur la table à l’Auberge!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est auberge-3.png.

Coopérative de l’Auberge de jeunesse Petite-Nation
35, rue Principale
Saint-André-Avellin (Québec) J0V 1W0
819 983-6644
Sans frais : 1 877 983-6644

Laisser un commentaire