Identifier nos valeurs et en être fiers – pour bâtir une société autour d’elles

Pierre-Alain Cotnoir, président de la CDR de Montréal-Laval

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Cotnoir-1.png.C’est ainsi que l’anthropologue Serge Bouchard commente les valeurs marquant la société québécoise dans l’excellent documentaire de Carole Poliquin et Yvan Dubuc portant sur l’identité1. Des valeurs qui, selon plusieurs observateurs étrangers, font de nous un peuple bien singulier en Amérique du Nord. Ainsi Colin Woodard écrit dans American Nations: A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America2 : «Down-to earth, egalitarian, and consensus-driven, the New French [N.D.L.R. : les Québécois] have recently been demonstrated by pollsters to be far and away the most liberal people on the continent ». De nombreuses autres études ont relevé ces traits distincts dont plus particulièrement celles menées par deux chercheurs canadiens, Edward Grabb et James Curtis, montrant l’importance accordée à la collectivité pour les Québécois, comparativement à leurs voisins américains et canadiens-anglais beaucoup plus individualistes3.

Il n’est pas surprenant dans ce contexte d’apprendre que plus du tiers des coopératives au Canada sont situées au Québec, alors que la population québécoise ne compte que pour le cinquième de celle du Canada. C’est que non seulement un terreau culturel fertile s’y trouve pour favoriser le développement de coopératives, mais également que le Québec s’est doté d’institutions fortes pouvant en assurer la croissance. Dans ce sens, la mise en commun récente des expertises et des ressources – autrefois éparpillées sur tout le territoire québécois en autant de silos – au sein d’une même Coopérative de développement régional permettra dès le début de 2016 d’accompagner encore plus efficacement les entrepreneurs coopératifs dans toutes les étapes de la vie de leur entreprise -et ce pour toutes les régions du Québec.

Alors que les défis de ce siècle nous obligent à trouver dans l’expérience collective des réponses plus appropriées aux crises qui menacent notre civilisation, ce sont les valeurs portées par les différentes collectivités qui permettront aux unes d’éviter l’effondrement qui guette les autres. Est-ce l’individualisme et le chacun-pour-soi ou l’entraide et la coopération qui prédomineront au sein des différentes nations ? Leur sort dépendra de la réponse qu’elles apporteront à cette question. Dans ce sens, la conférence COP21 qui se tiendra à Paris au début de décembre 2015 portant sur les enjeux climatiques constituera pour chacune d’entre elles un moment de vérité4. Or se pourrait-il qu’une partie de la réponse qu’elles devront y apporter puisse se trouver formulée lors des Rencontres du Mont-Blanc5 qui précéderont de quelques jours cet important sommet sur le climat? Car comme le souligne Thierry Jeantet6, initiateur de ces Rencontres «au Québec, en France, au Mali, au Costa Rica ou en Ukraine, on sait bien que les conditions culturelles, sociales et bien sûr environnementales ne sont pas les mêmes, justifiant des croissances au pluriel».

La survie de l’humanité passe inévitablement par un ensemble de traits déjà présents au sein des cultures humaines qui pourraient s’avérer décisifs pour assurer une mutation en profondeur de notre civilisation. Comme le soulignent certains, l’économie sociale et solidaire pourrait être l’un des ferments pouvant assurer ce passage obligé. Mais, on ne peut être certain que ce soit cet ensemble de traits qui l’emporte. La nature n’est pas téléonomique, elle bricole de manière opportuniste. Il est donc possible que ce soit des traits culturels fort différents qui dominent finalement. Par exemple, on ne peut écarter la propension des nations et des classes dominantes au maintien musclé de leurs privilèges économiques, avec ce qui en résulterait : un glissement vers des sociétés de plus en plus autoritaires et antagoniques.7


1. http://lempreinte.quebec
2. 2011, édition Penguin Books, ISBN: 9781101544447
3. The Four Societies of Canada and The United States, 2010, édition Oxford Unversity Press, ISBN: 9780195438307
4. http://www.cop21.gouv.fr/fr
5. http://www.rencontres-montblanc.coop/
6. http://bit.ly/1idaJEJ
7. http://bit.ly/1Fafow7

Laisser un commentaire