Du chanvre dans nos assiettes!

Louis-David Malo

En 2003, les producteurs de tabac de la région de Lanaudière ont reçu une mauvaise nouvelle de la part des compagnies de tabac : on ne veut plus du tabac canadien. On s’approvisionnera désormais ailleurs.

« Plusieurs d’entre nous venaient d’investir dans de nouveaux équipements. C’était catastrophique! Il a fallu trouver des cultures alternatives, car aucune compagnie ne voulait acheter notre tabac. C’est à ce moment que plusieurs d’entre nous se sont tournés vers le chanvre industriel, à titre expérimental », raconte le président de la Coop de production Lanaufibres, monsieur Christian Boisjoly.

« Tout peut pousser dans le sol sablonneux de la région. Il suffit d’y mettre le prix. Certains producteurs de tabac se sont lancés dans la culture des légumes, d’autres dans celle des cèdres. Dans tous les cas, il nous fallait une culture de remplacement qui nous permettait de nous distinguer, d’innover. C’est alors que l’idée d’essayer des cultivars de chanvre industriel nous a été proposée », poursuit le président de la coopérative.

« La plante de chanvre se valorise à 100 %. Avec la tige, faite de fibres longues et résistantes, nous pouvons créer plusieurs matériaux en l’amalgamant à d’autres produits. Ainsi, nous pouvons l’utiliser dans la confection de papier et de polymères utilisés pour la fabrication des automobiles et de textile. On peut aussi l’employer dans le ciment et comme isolant phonique et thermique dans le domaine de la construction », explique monsieur Boisjoly.

Ce n’est pas tout. L’intérieur de la tige, la chènevotte, peut être haché pour fournir un paillis agressif contre les mauvaises herbes dans les boîtes à fleurs. La noix (ou la graine), quant à elle, est utilisée à des fins de consommation alimentaire. Tous les résidus de la plante peuvent être récupérés pour fabriquer des bûches écologiques.

La plante de chanvre contient un taux de tétrahydrocannabinol1 (THC) très faible, contrairement au cannabis.

Consommation alimentaire
C’est la consommation alimentaire qui a retenu l’attention des fondateurs de la Coop de production Lanaufibres. Les propriétés des grains de chanvre impressionnent. « Les grains de chanvre contiennent une source importante d’acides gras oméga-3 et 6, un phénomène rare dans l’alimentation. De plus, les grains de chanvre sont sans gluten et contiennent une grande variété de vitamines et de protéines, davantage même que le lin », soutient monsieur Boisjoly.

La coopérative a donc été fondée en 2007 afin d’expérimenter des cultivars, en partenariat avec Lanaupôle Fibres, un organisme à but non lucratif ayant pour mission de trouver et de développer des applications commerciales aux plantes à fibres telles que le chanvre.

Les agriculteurs ont rencontré plusieurs embûches dans les champs. « La fibre du chanvre est très résistante, davantage que toutes les plantes que nous avons cultivées dans la région jusqu’à maintenant. Après quelques minutes seulement, la machinerie souffrait énormément. Il a donc fallu l’adapter et modifier notre façon de récolter les plants », raconte monsieur Boisjoly.

Après quelques années de tests dans les champs, mais également en laboratoire au Centre d’innovation en transformation des aliments de Lanaudière (CITAL) du Cégep régional de Lanaudière à Joliette, la coopérative est prête à commercialiser trois produits alimentaires : l’huile de chanvre, la farine de chanvre, ainsi que les noix concassées.

« L’huile s’utilise dans les vinaigrettes et agrémente le goût du poisson et des mets à base de pâtes », explique le président de la coopérative. L’huile est obtenue en pressant les noix de chanvre. Le processus de pressage se fait dans une pièce sombre, car la noix est sensible à la lumière, qui la fait oxyder et rancir.

Une fois la noix pressée, on obtient l’huile d’un côté et un tourteau de l’autre. « C’est une opération qui procure une économie d’échelle. Avec le tourteau obtenu, nous pouvons fabriquer la farine », précise monsieur Boisjoly.

Cette dernière possède sensiblement les mêmes vertus alimentaires, sauf celles reliées aux acides gras, que l’on retrouve davantage dans l’huile. On s’en sert pour confectionner des biscuits, des muffins ou d’autres pâtisseries. Elle est utilisée également comme l’un des ingrédients pour faire du pain. La farine de chanvre ne contient aucun gluten. Elle se digère facilement et est donc indiquée pour les personnes qui souffrent d’une allergie au gluten. « De plus, la farine de chanvre est délicieuse. Nos consommateurs s’en étonnent chaque fois lors de nos présentations », poursuit-il.

Quant aux noix concassées, elles sont servies sur des salades, sur des muffins et dans des mets à base de pâtes. « Les noix concassées servent à assaisonner les mets, quels qu’ils soient. Ils ajoutent une touche délicieuse et nutritive », conclut monsieur Boisjoly.

  1. Constituant chimique de la plante Cannabis sativa indica, qui devient rapidement inactif lorsqu’il est exposé à l’air ou à la lumière et qui se présente sous la forme d’un liquide visqueux insoluble dans l’eau. C’est cet élément chimique qui est responsable des effets psychotropes obtenus lors de la consommation des drogues faites à base d’extraits de cannabis. […] Office québécois de la langue française, 2002.

Laisser un commentaire