Lorsque la coopération devient un mode de vie ici pour vous, pour la vie

The Co-operative Group

Félix Delage-Laurin

1844. Rochdale, petit village non loin de Manchester, s’apprête à célébrer Noël. 28 tisserands, désirant orir des produits de qualité à moindres coûts, décident de se regrouper afin de vendre au sein du même magasin du beurre, du sucre, de la farine et des chandelles. La « Société des Équitables Pionniers de Rochdale » est née. Une cotisation d’une livre sterling est demandée à chacun qui veut devenir membre du petit magasin. Une gestion démocratique est instaurée. Ces « pionniers de Rochdale » – comme on les appellera dorénavant – sont loin de se douter que cet humble petit magasin deviendra le Co-operative Group, la plus grande coopérative de consommateurs du Royaume-Uni et une des plus grandes coopératives de consommateurs de la planète. Les « pionniers de Rochdale » demeurent dans l’histoire de la coopération le meilleur exemple de réussite durable.

Ils seront imités à travers tout le Royaume-Uni. Tous les villages se muniront de leurs propres sociétés coopératives. En 1863, comprenant que l’union fait la force, toutes ces sociétés se regrouperont et formeront la Société coopérative du Nord de l’Angleterre. Les milliers de membres décideront non seulement d’en faire un lieu d’achat, mais aussi un lieu de production.

Le temps passe. En plus des services d’alimentation, des services financiers seront oerts avec la création de la Co-operative Bank. Une vaste gamme de services se développera, des services funéraires, aux assurances, en passant par les pharmacies et les voyages. En 2000, on regroupera le tout sous un nouveau nom : The Co-operative Group. Aujourd’hui, plus de 7 millions de Britanniques en font partie, le groupe compte 4900 magasins et plus de 100 000 employés. Qu’est-ce qui explique ce succès?

Les avantages du modèle coopératif
Dave Smith, conseiller principal aux relations publiques au Co-operative Group, croit que la ristourne remise annuellement aux membres (en fonction du montant total des transactions effectuées au sein du Co-operative Group) explique l’affluence des Britanniques. Cela remonte à très loin. « Dans la période d’entre-deux-guerres, de 1918 à 1939, beaucoup de familles de classe moyenne ont pu compter sur la ristourne versée par notre groupe. Versé deux fois par année, ce montant d’argent leur a permis d’acheter des vêtements et des souliers à leurs enfants », explique-t-il.

Également, le Co-operative Group favorise la participation de ses membres. « Chaque membre de Co-operative Group exerce un contrôle démocratique en s’impliquant dans ses comités de quartier, dans les sept conseils régionaux ou en votant aux élections et en assistant aux assemblées biannuelles des membres tenues à travers le Royaume-Uni », explique Dave Smith.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est co-operative-group.png.Pionnier du développement durable
De plus, la notion de développement durable est primordiale au Co-operative Group et les consommateurs le savent. « Nous avons appris que nous avions besoin de gérer et développer notre entreprise dans une perspective durable et nous serons toujours transparents dans notre façon de le faire. Le Co-operative a une longue histoire en ce qui a trait au support du commerce équitable », confie Dave Smith. D’ailleurs, l’alimentation a été le premier type de service oert par le Co-operative Group et il fut l’instigateur de la vente de produits équitables avant que se mette en place tout le label du commerce équitable. « Les consommateurs savent que nous sommes les chefs de file dans ce domaine », raconte Dave Smith.

Et le Co-operative Group ne s’en tient pas à ce qu’il connaît; il ne cesse d’innover et d’élargir sa gamme de services. « L’an dernier, nous avons fait l’histoire lorsque nous avons été reconnus comme la première grande entreprise de consommateurs possédant une structure d’affaire alternative (ABS). Cela a été rendu possible grâce à la nouvelle loi britannique sur les services légaux. Maintenant, le Co-operative Group peut orir une gamme complète de services légaux aux consommateurs alors que, jusqu’ici, cela pouvait seulement être oert par un cabinet de notaires. Nous avons donc créé le Co-operative Legal Services et nous pouvons maintenant offrir des conseils et des services légaux à nos membres. Ils sont très contents! »

S’unifier
Les dix dernières années ont été synonymes de mouvement. D’abord, comme le Co-operative Group ore toujours plus de services, il a fallu, un jour, penser à ne pas s’éparpiller. Si, aujourd’hui, le Co-operative Group est unifié sous une même bannière, c’est, de l’avis du relationniste, que la grande opération de redéfinition de l’image de la coopérative a été un grand succès. « En 2007, nous trouvions que nous avions différentes images pour chacune de nos branches de services. Avant de pouvoir dire au monde ce que signifiait être membre du Co-operative Group, nous avions besoin de créer une marque unifiée qui amènerait tous les différents services sous une seule arche. Nous avions plus de 5000 petits commerces auxquels nous devions insuffler notre nouvelle image. Ce n’était pas seulement le plus grand événement dans l’histoire du Co-operative Group, mais possiblement la plus grande opération de redéfinition d’image à avoir frappé l’imaginaire du Royaume-Uni. »

Affronter la récession
Ensuite, le Co-operative Group n’a pas été épargné par le contexte économique di«cile de 2007–2008. Son secteur bancaire, chapeauté par le Co-operative Bank, a connu une sévère dégelée au printemps dernier lorsque l’agence de notation Moody’s a déclassé sa notation financière de six cotes. Un plan de sauvetage de 1,5 milliard de livres a été nécessaire. Pourtant, Dave Smith indique que le Co-operative Group prend les choses en main. « Notre défi est d’augmenter le niveau de capital dans le Co-operative Bank de 1,5 milliard de livres. En ce moment, le Co-operative Group y contribue de façon significative en injectant 1 milliard de livres et il y aura un autre 500 millions de livres qui proviendra d’un échange financier avec les détenteurs d’obligations au sein de notre banque. »

Se tourner vers l’avenir
En mai 2013, le nouveau chef de la direction du Co-operative Group, Euan Sutherland a exprimé sa vision du futur : « Je vais créer une vision simple et excitante des affaires, avec vous, en posant les vraies questions, en dépeignant une vision claire de ce que pourra avoir l’air le futur. Tout cela sera connecté à travers les artères de notre organisation, de manière à ce que chacun de nos 100 000 collègues comprenne et puisse supporter cette vision. »
Le Co-operative Group a donc un avenir aussi garant de solidarité que l’est sa longue histoire! Car il est avec les Britanniques, pour eux, pour la vie.

The Co-operative Group

Laisser un commentaire