La coopération au service de la gastronomie

Coopérative de solidarité L’Espace gastronome de Laval

Nada Elkouzi

En 2010, le Centre local de développement (CLD) de Laval lançait une invitation aux transformateurs agroalimentaires de la région pour faire partie d’un projet de grand marché virtuel mettant en vedette des produits alimentaires transformés par des entreprises lavalloises. Sept transformateurs ont répondu à l’appel du CLD et cinq parmi eux ont poursuivi l’aventure : Délices Érabeille, Talie Chocolat, Orange Deluxe, Jeunes au travail et Les Délices de l’Artisan. De marché virtuel qu’il était à l’origine, le projet s’est plutôt orienté vers la création d’un lieu physique, soit une boutique alimentaire, ainsi que plusieurs points de chute chez des commerçants, hôtels et institutions.

Face aux défi s de la promotion et de la commercialisation de leurs propres produits, les transformateurs artisanaux lavallois ont opté pour la coopération afin de satisfaire leurs besoins. Selon le président de la coopérative, monsieur Jean-Claude Pelletier, les possibilités sont infinies pour les transformateurs. « La coopérative nous permettra de réaliser des économies d’échelle sur les produits et de négocier des ententes avec des fournisseurs de services comme les assurances. Un partenariat avec l’École hôtelière de Laval est même envisagé pour développer des recettes à base de produits des membres, pour organiser des dégustations en boutique ou pour employer de jeunes étudiants. La coopérative aura un effet multiplicateur pour nos propres entreprises, particulièrement lors d’événements ou de foires alimentaires où nous serons représentés sous la bannière de la coopérative. Individuellement, nous n’avons ni le temps, ni les ressources pour être présents partout à la fois, alors que collectivement, nous pouvons nous permettre d’engager du personnel qualifié pour le faire », soutient-il.

Avant même que la coopérative amorce ses opérations, les effets de la coopération se font déjà sentir au sein du conseil d’administration. En effet, selon monsieur Pelletier, « la coopérative nous permet d’échanger de l’information sur nos façons de faire, d’amener une certaine synergie, de travailler moins en silo. »

Plus qu’un regroupement de transformateurs agroalimentaires artisanaux, L’Espace gastronome de Laval compte d’autres catégories de membres dont des consommateurs, des membres de soutien et bientôt des travailleurs. Elle a pour mission de faciliter et d’encourager la consommation de produits frais, cultivés, transformés et préparés à Laval et dans les régions avoisinantes. Les produits visés sont surtout des produits de niche qui sont absents des supermarchés et fabriqués de façon artisanale.

La coopérative vient d’embaucher un directeur général dont le mandat est de trouver un local pour installer la boutique, recruter des membres et établir des partenariats avec des commerçants prêts à accueillir un point de chute pour les produits distribués par la coopérative. Un cahier de charge détaillé a été produit pour s’assurer de respecter, entre autres, les particularités de l’off re de services, la constance dans la qualité des produits et l’équité entre les transformateurs. L’accent sera aussi mis sur la complémentarité des produits. Un comité de sélection est chargé d’effectuer l’évaluation des fournisseurs qui souhaitent se joindre à la coopérative grâce à des visites d’entreprises et soumettra ses recommandations au conseil d’administration de la coopérative.

Laisser un commentaire