La Central Cooperativa Agropecuaria : Un exemple de coopération Nord-Sud

Zamzam Akbaraly

Un projet d’appui à la production et à la mise en marché collective du lait au El Salvador1
Créée en 1997 et située à San Luis Talpa, dans la région de La Paz, la Central Cooperativa Agropecuaria (CCA) est constituée de 13 coopératives regroupant un total de 1 745 membres. Chaque coopérative compte entre 45 et 450 membres qui gèrent ensemble diverses activités de production. La composante laitière est importante pour six de ces coopératives. Elle représente une force économique et offre des emplois stables et réguliers douze mois par année pour plusieurs membres.

Le projet d’appui à la production et à la mise en marché collective du lait vise à renforcer la CCA afin qu’elle mette en place un meilleur encadrement technique à la production et des mécanismes appropriés pour la mise en marché collective du lait. Cet appui d’UPA Développement international (UPA DI)2 devrait permettre aux paysannes et paysans de vivre plus décemment du fruit de leur labeur.

Par ailleurs, la CCA cherche également à renforcer son fonctionnement en tant qu’organisation démocratique, tout en développant un modèle de gestion qui permettrait aux coopératives de mieux s’entraider, tant sur le plan de la production agricole que sur celui de la commercialisation des produits.

Un modèle de coopération « de paysans à paysans »
À l’automne 2007, UPA DI a animé, pour les dirigeants de la CCA, un séminaire sur l’économie et les systèmes collectifs de mise en marché des produits agricoles. La CCA a choisi le lait pour tenter une première expérimentation d’un système collectif de mise en marché. Les présidents de six coopératives de producteurs laitiers et deux dirigeants de la CCA ont participé, à un stage au Québec pour se familiariser avec un modèle de mise en marché collective du lait. Pour des motifs de proximité géographique, les coopératives livrent actuellement tout leur lait à la même entreprise, soit Petacones, pour la transformation en « queso blanco » (fromage blanc). L’augmentation des coûts de production a fait chuter le volume quotidien de lait livré de 6 000 à 4 000 litres entre 2007 et 2009, représentant 18 % au lieu de 35 % du volume transformé par Petacones.

Vers une meilleure mise en marché collective du lait
Avant de mettre en place un système collectif de mise en marché et d’entamer une négociation collective avec les acheteurs, les producteurs des six coopératives participantes devaient d’abord améliorer et mieux gérer l’offre. Pour ce faire, une série d’actions a été mise en place :

  • Diminuer les coûts de production, principalement en améliorant l’alimentation du bétail.
  • Valoriser les fumiers des troupeaux en achetant ensemble un épandeur à fumier et en créant une coopérative d’utilisation de la machinerie agricole (CUMA).
  • Adopter un modèle de comptabilité simplifié, qui permet de suivre plus efficacement les résultats et qui fait ressortir les éléments réellement pertinents pour la prise de décisions techniques.
  • S’entendre préalablement sur un certain nombre de points stratégiques et techniques devant faire partie des discussions avec l’acheteur.

La CCA est maintenant en mesure de mettre en œuvre sa stratégie de négociation pour obtenir de meilleures conditions de vente du lait à travers une mise en marché collective. Afin de faciliter l’atteinte de cet objectif, la CCA s’est dotée d’un certain nombre d’outils communs, dont un mécanisme d’évaluation de la qualité du lait, une politique de transport, un outil de collecte et d’analyse de données, une stratégie d’autofinancement de la démarche, etc. De plus, un « comité lait », formé d’un représentant de chacune des coopératives, a été mis en place pour participer activement à la définition, à la réalisation et au suivi des activités.

  1. La rédaction de cet article a été rendue possible grâce à la contribution des membres de l’équipe d’UPA DI, qui ont partagé des documents publiés sur le projet.
  2.  UPA Développement international (UPA DI), la branche internationale de l’Union des producteurs agricoles (UPA), s’est donné pour mission de soutenir la ferme familiale comme modèle d’agriculture durable en appuyant les organisations paysannes démocratiques, les systèmes collectifs de mise en marché des produits agricoles et toute autre initiative structurant l’avenir de l’agriculture dans les pays en voie de développement.

Laisser un commentaire