Donner la parole aux artistes

Coopérative de solidarité Paradis à Rimouski

Alexandre couture

Vitrine culturelle de Rimouski depuis sa fondation en 2005, la coopérative de solidarité Paradis est un lieu de partage artistique où les artisans de la région ont la chance de faire entendre leur voix.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est projet-paradis.png.C’était en 2001, différents acteurs de la scène culturelle de Rimouski cherchaient à mettre en commun leurs ressources. «Nous voulions un lieu propre à nous-mêmes, où nous pourrions regrouper notre expertise », se rappelle la directrice administrative, Cybel Chagnon. Le modèle coopératif est apparu à ce moment comme un choix logique.

Quatre années plus tard, le projet voyait le jour. Motivés par des principes d’échange et de synergie, les fondateurs partagent lieux et équipements afin de permettre à chacun d’accroître sa capacité créative et son développement. «Après avoir racheté le bâtiment au propriétaire d’origine, nous avions la chance de nous autogérer à 100% grâce à la formule coopérative », explique Mme Chagnon.

De fil en aiguille, le Paradis est devenue la plaque tournante des activités artistiques de la région. Films de répertoire, concerts, improvisation, vernissages; le large éventail d’évènements a permis de revitaliser la scène culturelle rimouskoise.

En 2014, la coopérative comptait 14 membres utilisateurs passant de la Ligue d’improvisation de Rimouski au Carrousel international du film.

Après avoir racheté le bâtiment au propriétaire d’origine, nous avions la chance de nous autogérer à 100% grâce à la formule coopérative

Une réussite qui amène un heureux problème
L’équipe du Paradis est installée dans l’ancien Cinéma Audito, un lieu ancré dans l’histoire de Rimouski, mais qui n’est plus adapté à la coopérative qui connaît une progression fulgurante. «Nous avons installé des bureaux dans une ancienne salle de cinéma avec le plancher en pente, c’est loin d’être optimal pour nous », dit-elle avec un sourire. Le déménagement dans de nouveaux bureaux mieux adaptés était inévitable, mais comment trouver le financement?

«Nous avons lancé une campagne de financement pour prouver à la ville que nous avions un apport essentiel à la ville», poursuit Mme Chagnon. Ainsi a vu le jour le Projet Paradis, projet de relocalisation visant à rassembler dans un complexe culturel multidisciplinaire l’ensemble des membres de la coopérative.

Estimé à 9 M $, il permettra de créer un véritable pôle synergique culturel au centre-ville en plus de contribuer à la revitalisation de ce secteur clé de la ville. Ce complexe regroupera les locaux administratifs des organismes membres, des espaces multifonctionnels de diffusion, un café, des salles de pratique et des salles de réunion. Le Projet Paradis sera le plus important projet de regroupement d’organismes culturels sous la forme coopérative au Canada, rien de moins!

Ce complexe regroupera les locaux administratifs des organismes membres, des espaces multifonctionnels de diffusion, un café, des salles de pratique et des salles de réunion

Cette campagne d’autofinancement a été propulsée par un vent d’entraide dans la communauté. « Nous avions créé un logo à 14 côtés, ce tétradécagone symbolisait l’alliance entre tous nos membres, raconte-t-elle. Plusieurs commerçants ont apposé le logo dans leur vitrine en signe de solidarité». Des dizaines de milliers de dollars plus tard, le gouvernement du Québec et la ville de Rimouski ont finalement décidé d’emboiter le pas. En mars 2014, une aide financière de 6,6 millions a été annoncée au gros soulagement des membres de la coopérative Paradis.

La dernière étape sera de trouver l’emplacement exact du nouveau complexe, une tâche plus ardue que prévu. «Nous sommes si près du but, mais en même temps encore loin», dit Cyril Chagnon.

Qu’est qu’on peut souhaiter à la coopérative Paradis d’ici cinq ans? «La concrétisation de notre beau projet, mais j’espère que ça ne prendra pas cinq ans », termine-t-elle en éclatant de rire.

Coopérative de solidarité Paradis à Rimouski

Laisser un commentaire